à la Une

Mon voyage en Inde

Et plus précisément L’Inde du sud

Avec 7 compagnons de route nous cheminerons durant 3 mois à vélo à partir de Chennai (côte Est de L’Inde). Les 3 régions que nous  avons prévues de visiter sont le Tamil Nadu, le Kerala et le Karnataka.

carteindedusud

 

Publicités

Vendredi 30 mars Kovalam – Chennai 35 km

Voilà, dernière journée de notre voyage à vélo pour rejoindre Chennai et boucler la boucle après avoir parcouru 4700 km à travers l’Inde du sud. Nous apprenons que c’est un jour férié aujourd’hui ici pour tous, c’est le holiday friday (le vendredi saint) pour les chrétiens.

Norbert mime tout le cérémonial de la préparation du thé. Déjà nostalgique de l’Inde !

Les indous en fête sur le parcours.

Visite du phare de Chennai. Plusieurs phares jalonnent la côte du Tamil Nadu

Vue de la haut, l’immense plage de Chennai

Vers le sud

Vers le Nord

Vers l’ouest

Jeudi 29 mars Chengalpattu – Kovalam 43 km

Aujourd’hui, direction le village de Kovalam et la mer du golfe du Bengale, peu de km à parcourir pour l’atteindre. On savoure nos dernières heures sur le vélo sur une belle route secondaire. On y croise un long troupeau de vaches, marchant tranquillement et très discipliné.

En vue sur le parcours, des barres d’immeuble. Il est vrai que nous sommes pas si loin des faubourgs de Chennai, la quatrième ville de l’Inde avec ses 7 millions d’habitants, capitale de L’état du Tamil Nadu et plus connu sous le nom de Madras.

Depuis quelques jours, Norbert nous suggère un lavage de nos vélos avant de rentrer en France. Sur l’itinéraire, une station lavage! on en profite donc pour faire un arrêt au stand! Pas de problème, nos quatre vélos sont pris en charge très rapidement. Karcher, lavage à la main avec produit moussant puis Karcher à nouveau. Parfait, nos vélos sont prêts à être mis en cartons!

Nous arrivons sur Kovalam et sa belle plage. C’est la première plage située au sud de Chennai avec quelques beaux hôtels où les indiens viennent séjourner durant les weekends ou les vacances.

Non ce n’est pas la transhumance !

Au petit soin pour le vélo d’Annie

Puis le mien

Prêt à être rangés dans leur cartons. Restera une étape avant de rejoindre Chennai

Vache, buffle, zébu !? on ne sait plus vraiment…

EDF (Erdf) local

Port des protections individuelles, optionnel!

La belle plage de Kovalam

Et ses quelques surfeurs

Et nos voyageurs

Beaucoup d’effervescence, ce soir devant la mosquée

Mercredi 28 mars Tiruttani – Chengalpattu 83 km

Nous quittons Tiruttani, une petite ville bien animée. Notre lodge se situe dans la rue d’accès à la gare ferroviaire. Dès 6h00 le matin et jusqu’à 22h00 le soir, les gens arrivent ou repartent à moto ou en bus. Aujourdhui, sur notre étape, nous avons prévu un arrêt a Kanchipuram, une des 7 villes saintes de l’nde et bien évidemment la visite de quelques temples; mais c’est également la ville de la soie. Nous visitons un magasin qui nous propose en démonstration le tissage.

La rue d’accès à la gare ferroviaire de Tiruttani

Chaque temple est unique.

De très belles sculptures de granit

Démonstration de tissage de la soie

La carte de programmation du motif choisi

Au dessus le magasin de vente

Le midi, on n’oublie pas de se ravitailler. Pour moi, ce jour Chicken (poulet) et Parota, une galette de farine de riz et d’eau, excellente servie toujours en plat principal. Pour Annie et moi, un vrai régal. Nous la demandions parfois en dessert avec du sucre. Cela étonnait les indiens ou les faisait rire!

Les indiens sont très majoritairement végétarien. Le riz est le principal aliment servi en grosse quantité qui correspond en général largement à quatre fois ma ration! Quelques restaurants non végétarien existent, ils y servent du poulet ou du mouton mais en petite quantité.

La cuisine indienne est toujours épicée voir très épicée, donc vaut mieux toujours demander peu épicé au risque d’avoir la bouche en feu 🔥. Pour l’éteindre est souvent servi du lait.

Mardi 27 mars Tirupati – tiruttani 67 km 190 m de dénivelé +

Rien de particulier sur cette étape plutôt plate sur une route à 4 voies. C’est en fait l’itinéraire direct pour Chennai.

Nous faisons un arrêt en bord de route pour visiter un magnifique édifice religieux qui nous offre un joli panorama.

Peu avant Tiruttani, nous revenons à nouveau dans le Tamil Nadu. Des stop police sont présents à chaque entrée dans un nouvel état. Nous aurons donc parcouru 4 états de l’Inde qui en compte 29 au total.

Nandi, la vache (le taureau) sacrée, monture du dieu Shiva.

Et nos deux tondus

Les hindous ont beaucoup de respect pour les bovins

Lundi 26 mars la journée sur Tirupati Tirumala

Une journée particulière aujourd’hui et plutôt symbolique car notre voyage va bientôt se terminer. Nous réalisons le pèlerinage comme 60000 hindous vers le temple de Tirumala. Cest l’un des temples les plus visités et l’un des plus riches de l’Inde. Il reçoit énormément d’offrandes. L’accès au temple de Tirumala altitude 1000 m se fait à partir de la ville de Tirupati altitude 150 m. Le pèlerinage s’effectue pieds nus sur un chemin de 9 km constitués de plus de 3000 marches. Nous l’entamons dès 6h30 ce matin. Le chemin est en grande partie couvert, cela nous protège du soleil. Les hindous y montent seul ou en famille, avec des enfants en bas âge. Le long du chemin tout est prévu pour que chacun puisse se ravitailler. Bien-sûr certains y montent en bus ou en voiture sur un itinéraire de 20 km. Question pratique et de sécurité, existent 2 routes, une montante et l’autre descendante. La haut, nous découvrons une petite ville où l’organisation est rodée. Dortoirs et cantines gratuits permettent au pèlerins d’y rester une nuit. Des navettes de bus y circulent. Celui qui n’a rien à offrir fait don de ses cheveux.

À Tirupati, le début du chemin

Les premières marches

Pour se ravitailler

On aperçoit le sommet

Certains pelerins le font à genoux sur cette portion

3100 ème marche

L’entrée du site de Tirumala

La tonte des cheveux en signe d’offrande

Au tour de Norbert puis de Philippe. Photo prise à la sauvette car interdite. Les cheveux ne sont pas perdus pour tout le monde mais récupérés par les industriels de la perruque. Un business qui rapporte beaucoup d’argent au temple. Les cheveux indiens sont réputés être de grande qualité pour la réalisation de perruques.

La jeune femme et son bébé. Tous les deux ont offerts leurs cheveux.

L’espace extérieur pour les fêtes et cérémonies. En arrière plan avec son toit doré, le temple Venkateswara où nous n’irons pas. Les hindous y font la queue pendant des heures avant de pouvoir y pénétrer et y prier.

Chaque pèlerin a droit à l’achat de 2 laddu pour la somme de 100 roupies. Cest un gâteau indien préparé pour les fêtes (mariage, prière, etc…) fait de farine de pois chiches, de sucre et de beurre

Nous redescendons sur Tirupati avec le bus

Vue sur Tirupati

Dimanche 25 mars Chitoor – Tirupati 67 km 220 dénivelé +

Nous quittons Chitoor et notre bel hôtel sous les yeux du rabatteur. Aujourd’hui nous cheminons vers le Nord Est en direction de Tirupati, grande route, profil descendant, et pas mal de camions et de bus. De part et d’autre de la route, apparaissent des collines rocheuses. Au 60ème km, nous visitons le fort de Chandragiri dont les fortifications ont été construites au 11ème siècle et dont ils restent peu. Le fort lui a été construit beaucoup plus tard.

Le rabatteur avec son sifflet sous le bras

Le site du fort à Chandragiri

Le fort aujourd’hui musée

La maquette du fort et ses fortifications (10ème siècle) Reste en place aujourdhui les trois portes et une petite partie de la muraille.

Assiettes de métal

Durga divinité hindoue, belle sculpture de granit du 17ème siècle; la représentation féminine de Shiva.

Notre arrivée à Tirupati, aujourd’hui dimanche beaucoup de pèlerins

Samedi 24 mars Venkatagirikote – Chitoor 85 km 340 m de dénivelé +

Une étape plutôt rapide sur des routes vallonnées et à profil descendant. Peu de culture, essentiellement des chikoos. En arrivant sur Chitoor, nous cherchons un lodge. Nous parcourons la ville, sans résultat probant. Les Lodges que nous visitons nous semblent trop cher au vu des prestations proposées, trop bruyant, pas suffisamment propre, ou pas de wifi. Systématiquement, nous demandons à voir les chambres et faire un petit état des lieux avant de confirmer. Il n’est pas rare que la douche ne fonctionne pas, que la télé toute neuve (pour Norbert) non plus. Sur ce, nous préférons dans l’immédiat nous restaurer. Au final, un très bel hôtel avec chambres et pas cher se trouve en face de notre restaurant repéré par Norbert. Ici en Inde, un hôtel est en fait très souvent uniquement un restaurant. Très souvent pour attirer le client, un employé de l’hôtel dit le rabatteur se poste dans la rue et joue du sifflet du matin au soir. On entendait encore le sifflet à 22h00….

Désolé, étape trop rapide, pas d’image !

Ah si, juste une photo du couloir de l’hôtel ; un intrus s’y trouve.